Actualité

Le prix 2011 de la "Fondation des Gueules Cassées" a été attribuée à Bruno GOGLY (26/01/2012)

La «Fondation des Gueules Cassées»
- Paris le 15 décembre 2011 -
Pour sa deuxième édition, le prix de la « Fondation des Gueules Cassées », a été remis par le Général (2s) Hubert Chauchart du Mottay, président de la fondation, au professeur Bruno Gogly, odontologiste à l’hôpital Albert-Chenevier (Créteil), et à son équipe, qui ont reçu un chèque de 50 000 euros pour leurs travaux menés sur le fibroblaste gingival, cellule principale de la gencive.


En effet, grâce à ses extraordinaires capacités de cicatrisation, cette cellule apparaît comme la candidate idéale pour réparer, après transplantation, d’autres tissus, dont, notamment, les os du maxillaire.


Deux membres de l’équipe du professeur Gogly, le docteur François Ferré, dont les travaux sont financés depuis quatre ans par la Fondation des Gueules Cassées, et le docteur Benjamin Fournier ont en effet isolé au sein de la gencive humaine une sous-population de fibroblastes aux capacités de cellules souches, qui peuvent se différencier en de nombreuses cellules : osseuses, cartilagineuses, graisseuses et nerveuses.


Elles permettent une reconstruction par thérapie cellulaire, qui ouvre de nouvelles voies
thérapeutiques très prometteuses, et ont déjà fait l’objet de brevets, de nombreuses
publications et communications internationales. Cette découverte, publiée en 2010, offre
d’extraordinaires perspectives de thérapie.


La « Fondation des Gueules Cassées » a souhaité contribuer à ces recherches et saluer l’extraordinaire travail réalisé par l’équipe du professeur Gogly.


En savoir plus sur le fibroblaste gingival

La capacité de cicatrisation de la gencive humaine est exceptionnelle et actuellement
considérée comme quasi embryonnaire.


Le fibroblaste gingival, cellule principale de la gencive, est le chef d’orchestre de ce potentiel tissulaire unique. Le professeur Bruno Gogly, spécialiste de cette cellule, l’utilise depuis 7 ans pour diverses applications en thérapie cellulaire. En effet le fibroblaste gingival autologue, d’obtention et de culture aisées, responsable de la cicatrisation parfaite de la gencive, apparaît comme un candidat idéal pour réparer, après transplantation, d’autres tissus.


La première thérapie envisagée fut le traitement de l’anévrysme de l’aorte abdominale.
Cette pathologie de destruction de la paroi artérielle est actuellement traitée de façon
chirurgicale. Transposer les capacités de remodelage du fibroblaste gingival dans la paroi artérielle ouvre des perspectives thérapeutiques. Les travaux sont conduits dans le laboratoire de réparation artérielle du professeur Antoine Lafont à l’Hôpital Européen Georges Pompidou. Les résultats in vitro, ex vivo et in vivo chez l’animal montrent que le fibroblaste gingival préserve et reconstruit l’architecture vasculaire, diminuant ainsi le diamètre des anévrysmes.

La deuxième thérapie concerne le domaine cutané et en particulier les plaies aiguës. Une première application concerne les patients irradiés dont la reconstruction cutanée est particulièrement délicate. Sur un modèle animal, les résultats précliniques montrent que le fibroblaste gingival est au moins aussi efficace dans la reconstruction tissulaire que les cellules souches médullaires habituellement utilisées mais dont l’obtention et la culture sont beaucoup plus difficiles.


Cette application est développée en partenariat avec l’équipe du professeur Jean-Jacques Lataillade de l’Hôpital d’Instruction des Armées de Percy. Là encore cette cellule montre toute sa compétence dans la reconstruction cutanée.


L’équipe du professeur Bruno Gogly a rejoint en 2010 le laboratoire de biologie orale du
professeur Ariane Berdal au Centre de Recherche des Cordeliers (équipe 5), pour développer une thérapie osseuse des maxillaires
. L’ensemble de ce travail fait l’objet de 6 brevets, de 11 publications internationales, de nombreuses communications internationales et nationales, de masters et de thèses de sciences, et a obtenu de nombreux prix.


Cette recherche est financée par des fonds privés - notamment la Fondation des Gueules Cassées, qui soutient depuis 4 ans le travail du docteur François Ferré - et par des fonds publics, comme l’INSERM, l’AP-HP, les Universités René Descartes, Denis Diderot, Pierre et Marie Curie et Paris Est Créteil.


Né en 1963, Bruno Gogly est Docteur en Chirurgie Dentaire et Docteur en Biologie. Après une formation approfondie en chirurgie et médecine buccale, il est nommé en 2002 chef du Service d’Odontologie du groupe hospitalier Henri Mondor, Assistance Publique-Hôpitaux de Paris.

A la fois enseignant, chercheur et clinicien, il accède au titre de professeur des Universités à Paris Descartes. Son activité de recherche est essentiellement centrée sur le tissu gingival et la compréhension de son exceptionnelle capacité de cicatrisation.


Il effectue actuellement son activité de recherche à l’INSERM, au sein du Centre de Recherche des Cordeliers, sur un programme de thérapie osseuse de reconstruction des maxillaires. Il est l’auteur de 41 publications internationales et de 8 brevets.